DURFORT

 

 

Cette balade, à la portée de tous, se situe dans l'arrière pays gardois, se déroule sur de bons chemins dessinés sur la colline boisée de Durfort. Durfort est un petit village de 600 habitants dont la partie médiévale s'élève sur un mamelon, blotti contre sa tour à signaux datant du XIIème siècle. Les tours à signaux, ancêtres du télégraphe, dont le principe était simple: fumée le jour et feu la nuit qui annonçaient la victoire ou la défaite, le danger ou la demande de renforts. Le signal se transmettait ainsi de tour en tour et permettait d'alerter toute une vallée ou tout un réseau.

 

ITINERAIRE : On s'engage en direction de la route principale pour prendre face à vous la rue de la Fontaine et la rue du Puits pour à la place, prendre à gauche la rue Haute en direction du chemin de la Carierette. 200 mètres après, on bifurque à droite chemin des Mines (1). Cette petite route qui remonte, et que vous n'abandonnez pas, passe devant les anciennes mines de plomb qui ont fermées en 1907, et dont les bâtiments qui étaient des bureaux et des ateliers, ne sont plus aujourd'hui que des ruines (2). A l'époque Durfort comptait près d'un millier d'habitants contre 600 aujourd'hui et cette mine de plomb a été exploitée pendant une vingtaine d'années. 50 mètres après les mines, s'engager à gauche sur le chemin montant découpé au milieu de chênes yeuses et de figuiers. Vous remarquerez en vous retournant des amoncellements de pierres que des femmes et des enfants extirpaient des mines les portant dans un sac à dos. Ce chemin qui continue à grimper gentiment vers le sommet qui vous permet de découvrir, en reprenant votre respiration, quelques galeries ici et là disséminées dans la nature, se prolonge par un chemin de terre entouré ça et là d' amoncellement de pierres tirés probablement des mines. On passe devant une ancienne gare restaurée en maison. A la patte d'oie, on préfère le chemin à gauche (3) qui monte et d'un pas lent et calme en marquant des temps de pause pour vous hydrater, on s'élève vers le causse, accompagnés d'arbousiers et quelques panoramas qui se dévoilent à vous à chaque trouée proposée le long de cette grimpette. Au chiffre 15 peint sur la roche, remarquez sur votre gauche un chemin qui vous attire pour vous amener 20 mètres après vers une cavité nommée "la Grotte des morts" qui aurait servi de sépulture au cours de plusieurs périodes de l'histoire (préhistoire, celte et durant les épidémies de peste) et dont les découvertes telles que hache en silex, perles etc. sont visibles au musée du Colombier à Alès. Revenus sur vos pas, vous continuez l'ascension pour partir à gauche en haut de la montée (4) à la croisée d'un bon chemin. Sur le replat, on laisse le sentier qui part à gauche pour continuer sur la piste qui se dessine en face filant entre les bois pour entamer la descente tout en appréciant l'ombrage dû à un tunnel d'arbres. On poursuit tout droit le long du muret, toujours guidé par le balisage puis à la patte d'oie suivante, on continue à droite (5) pour retrouver un bon sentier que l'on prend à droite devant le portail grillagé, passe devant une ruine pour rentrer peu à peu dans le domaine des châtaigniers. On tourne à gauche au rond point végétal poursuivant la descente sur ce sentier arboré (6) pour, à la rencontre d'une autre piste, laisser à gauche le sentier bétonné qui remonte et partir à droite sur le chemin de terre (7). On passe au milieu d'un lotissement. Vous revenez ensuite à Durfort par le chemin de l'aller, obliquant à droite et immédiatement à gauche chemin de la Carierette, la rue haute ensuite et à la place, vous pouvez faire un aller retour jusqu'à la petite église du village en prenant la rue du Puits avant de revenir par la rue de la Fontaine.

 

Depuis Nîmes 47 Km. D999 vers le Vigan, A Sauve avant le pont du Vidourle à droite D117, Durfort.

 

Longueur 6.5 Km, Dénivelé 120 m, Temps moyen 2h 00, Difficulté Moyenne.